Définition de fenêtre

En architecture et construction, une fenêtre est une baie, une ouverture dans un mur, avec ou sans vitres. Sa différence avec la porte réside dans le fait qu'elle ne descend pas jusqu'au sol mais jusqu'à l'allège. Dans le langage familier le mot fenêtre désigne de façon générique les diverses menuiseries permettant de fermer la baie, le châssis de fenêtre.

 

Fonction d'une fenêtre

Une fenêtre assure plusieurs fonctions pour le local concerné : l'éclairage, la vue intérieur-extérieur ou vers l'extérieur seul, l'aération. Tout ceci est fait en respectant la séparation des lieux par leur isolation thermique et phonique selon le besoin. La fenêtre a servi autrefois à faire entrer et sortir en façade sur rue des marchandises dans des magasins situés en étage. Elle a servi à évacuer des ordures ménagères, aussi bien à la ville qu'à la campagne et cet usage a disparu avec son interdiction dans les règlements royaux puis municipaux. Actuellement aux fonctions de la fenêtre s'est ajoutée une fonction obligatoire de sécurité incendie qui concerne en haut des escaliers les dômes prévus pour l'évacuation des fumées d'incendie et une fonction incitative donnée par le retour financier de la fiscalité pour la maîtrise de la chaleur entrant dans le bâtiment par l'ensoleillement.

La fenêtre de plain-pied sur la rue est devenue une vitrine pour l'étal du commerce. Selon les marchandises vendues c'est devenu ensuite un étal non accessible depuis la rue.

Lorsque la baie est un accès à la lumière dans un local sans vue autorisée sur l'extérieur, la baie est un jour-de-souffrance qui fait partie des servitudes intégrées dans les règlements d'immeubles.

La fenêtre a eu une importance sociale et politique : Défenestration, Impôt sur les portes et fenêtres, importance qui est aussi relatée dans la littérature et la peinture.

L'apparition des fenêtres dans l'architecture correspond à la conception de la visibilité et de la protection par rapport à l'extérieur à partir du XIIe siècle dans les bâtisses. Les ouvertures sont plus grandes que celles de la pratique antérieure qui faisait des toutes petites embrasures rectangulaires ou rondes-ovales. Certaines petites proportions sont restées : dans les lucarnes pour les rectangulaires, dans les lunettes et oculi pour les rondes. L'ensemble des portes-fenêtres installées sur des terrasses à l'intérieur ou à l'extérieur des bâtiments, le niveau de jardin, est une composante majeure de la notion du dedans pour un espace clos (une salle), et du dehors pour un espace à ciel ouvert, ces deux éléments qui peuvent se joindre et nécessitent alors de faire disparaître momentanément le mur..

 

Types de fenêtres

  • Fenêtre à la française.

  • Fenêtre à l'anglaise.

  • Fenêtre arquée.

  • Fenêtre en baie.

  • Fenêtre oscillo-battante.

  • Fenêtre pivotante.

  • Fenêtre basculante .

  • Fenêtre à guillotine ou fenêtre à l’américaine.

  • Fenêtre coulissante.

  • Fenêtre à soufflet.

  • Fenêtre à l'italienne.

  • Fenêtre à la canadienne.

  • Fenêtre à l'australienne.

  • Fenêtre accordéon.

  • Fenêtre en jalousie.

  • Fenêtre scandinave.

  • Fausse fenêtre.

 

Performance énergétique des fenêtres

La performance énergétique d'une fenêtre est la résultante d'un ensemble de facteurs :

  • la zone climatique où se situe le bâtiment

  • l'orientation du dit bâtiment

  • la surface des fenêtres

  • le coefficient d'isolation thermique

  • le facteur solaire

  • le coefficient de transmission lumineuse

  • les accessoires de la baie tant extérieurs qu’intérieurs (volets, persiennes, jalousie, brises-soleil, stores, tentures, etc.);

Le premier facteur est exogène : habiter à Lille ou à Chamonix n'expose pas au même niveau d'ensoleillement ou de températures moyennes qu'à Nice ou Bordeaux.

L'orientation des fenêtres est un choix que l'homme de l'art ne peut négliger : un peu plus de surface vitrée au sud permettra de tirer un meilleur profit des apports solaires.

La surface des fenêtres joue un rôle non neutre mais soumis à deux influences contradictoires : faire de plus grandes fenêtres a pour conséquence d'échanger du mur isolant contre de la fenêtre qui l'est moins. Simultanément, une plus grande fenêtre permettra de bénéficier des apports solaires et lumineux qu'une surface murée ne saurait valoriser.

L'isolation thermique de la fenêtre dépend du vitrage utilisé mais aussi du matériau choisi. Ainsi, à vitrage donné, une fenêtre PVC présente une meilleure isolation thermique qu'une fenêtre bois qui à son tour isole davantage qu'une fenêtre alu. Les fenêtres alu sont systématiquement pourvues de barrettes isolantes 'rupture de pont thermique' assurant la jonction entre le demi profilé extérieur et le demi profilé intérieur : ainsi le froid extérieur est moins perçu à l'intérieur du bâtiment.

En France, les limites maximum du coefficient Uw pour le crédit d'impôt 2009 sont de 1,4 W/m2K pour le PVC, 1,6 pour le bois et 1,8 pour l'aluminium ; en effet l'administration fiscale n'a pas voulu faire passer l'ensemble de l'industrie au même coefficient de peur de voir disparaitre les aluminiers.

Le facteur solaire et la transmission lumineuse sont également dépendants du vitrage retenu mais encore ici du matériau choisi et précisément de la finesse des profils : les profilés aluminium sont les plus fins et offrent le minimum d'obstacles à l'entrée du soleil et de la lumière, loin devant le bois puis le PVC.

En fin de compte, la performance énergétique de la fenêtre sera le fruit d'un arbitrage judicieux entre ces différents éléments (orientation, surface des fenêtres, isolation, finesse des profilés) : ne s'intéresser qu'au seul critère d'isolation thermique serait une erreur.